Procédure devant le Conseil de Prud'hommes : Qui doit payer les frais d'avocat ?

Procédure devant le Conseil de Prud'hommes :
Thèmes :
avocat droit du travail, conseil des prud'hommes, honoraires, frais, forfait, payer un avocat, procédure
Par Jennifer PRZYBYSZ Lu 12603 fois Mise à jour le : 30/12/2020 Publié le : 03/07/2020


Qui doit payer l’avocat en cas de procédure aux prud’hommes ? 

La représentation par avocat devant les prud’hommes et facultative mais de nombreux justiciables préfèrent se faire assister tout au long de la procédure, qu'il s'agisse du conseil, des écritures, des audiences de plaidoiries ou encore de la signature d'un accord avec la partie adverse. 

Cependant, le recours à un avocat spécialiste du droit du travail et des affaires prud'homales va engendrer un coût, qui peut selon les ressources, être pris en charge par l’aide juridictionnelle. La loi prévoit également le paiement de la procédure par l'une ou l'autre des parties en cause. On fait le point.


L’essentiel

  • Ce que dit la loi : l’article 700 du Code de procédure civile dispose que le juge condamne la partie tenue aux dépens ou qui perd son procès à payer.

  • Condamnation à l'article 700 du CPC : la requête est formulée dans le dossier judiciaire et il appartient au juge de se prononcer sur cette demande dans sa décision.

Trouver un avocat avec LITIGE.FR

CADRE & PRINCIPES

Quels sont les frais engagés lors d'une procédure ? 

Lors d’une procédure devant le Conseil de Prud’hommes des frais sont engagés. Depuis le 1er janvier 2014, la saisine du CPH est cependant gratuite

Dans un premier temps donc, la principale source potentielle de dépense est le recours à un avocat spécialisé.

Dans un second temps, des dépenses seront liées à la rémunération éventuelle d'experts, aux frais des commissaires de justice (huissiers de justice), les frais de traduction...

En cas de difficultés financières pour l'une des parties, il est possible de faire appel à l'aide juridictionnelle

En quoi consistent les honoraires d'un avocat ? 

Les honoraires d’un avocat correspondent au prix de ses prestations : consultations juridiques, écritures, représentations aux audiences, rédaction d'un protocole d'accord transactionnel, gestion globale du contentieux etc. Avant démarrage de la mission, l'avocat doit informer son client sur sa pratique d’honoraires, forfaitaire ou au taux horaire, avec ou sans honoraires complémentaires au succès.

L'avocat dresse alors une convention d’honoraire qu'il faudra signer au préalable avec lui. 

Les honoraires doivent être entièrement transparents. L’avocat doit indiquer ce qui est compris dans les honoraires et ce qui n’est pas compris.

Les frais d’expertises et de déplacements peuvent, ne pas être compris et représenter des dépenses supplémentaires.

Obligatoire, la convention d’honoraires conclue avec un avocat doit reprendre tous ces éléments.

Quel est le mode de rémunération de l’avocat ?

Si la convention d’honoraire prévoyait une rémunération au temps passé, l'avocat se rémunèrera ainsi, en fonction du nombre d'heures passées à travailler sur le dossier. 

La convention d’honoraire peut également prévoir une rémunération au forfait. 

Par exemple, la convention au forfait prévoira que votre dossier sera entièrement pris en charge pour un montant déterminé par avance, qu’importe le temps passé.

Des honoraires complémentaires de résultat

Des honoraires supplémentaires de résultat peuvent être prévues par la convention d’honoraires.

La convention d’honoraires peut prévoir que l’avocat se verra verser un pourcentage du montant que le client recevra à l'issue de la procédure.

Ces derniers correspondent à un pourcentage sur les dommages et intérêts gagnés au cours d'un procès.

Ces honoraires de résultat ne peuvent être que des honoraires complémentaires en marge des sommes forfaitaires ou au temps passé.

Il est interdit pour un avocat de se rémunérer uniquement par des honoraires de résultat.

Quelles sommes peuvent être réclamées ?

Il est possible de réclamer toutes les dépenses qui ont été engagées pour l’instance.

Les juges peuvent condamner la partie qui vient de perdre, à rembourser tous les dépens que son adversaire a engagé comme les frais d’experts, les frais de traduction, etc.

La condamnation aux dépens est automatique.

L’article 700 du Code de procédure civile, quant à lui, permet de rendre possible de remboursement d’autres frais comme les honoraires d’avocats, les frais de constitutions de dossier, les heures normalement travaillées qui n’ont pas été rémunérées du fait de la présence à l’audience, les frais de déplacement, etc.

La condamnation sur la base de l’article 700 du Code de procédure civile n'est quant à elle, pas automatique. Il faut la demander et notamment lors de la requête. Il appartient au juge de se prononcer sur cette demande dans sa décision.

Qui doit s'acquitter des frais d'avocat des deux parties suivant le verdict ?

En cas de condamnation sur la base de l'article 700 du CPC, les frais d’avocat peuvent être remboursés par l'adversaire.

Le juge condamne la partie tenue aux dépens ou qui perd son procès à payer la somme qu'il détermine, au titre des frais exposés et non compris dans les dépenses.

Et, le cas échéant, à l'avocat du bénéficiaire de l'aide juridictionnelle partielle ou totale une somme au titre des honoraires et frais, non compris dans les dépens, que le bénéficiaire de l'aide aurait exposés s'il n'avait pas eu cette aide. 

Dans tous les cas, le juge tient compte de l'équité ou de la situation économique de la partie condamnée. Il peut, même d'office, pour des raisons tirées des mêmes considérations, dire qu'il n'y a pas lieu à ces condamnations. Néanmoins, s'il alloue une somme au titre du présent article, celle-ci ne peut être inférieure à la part contributive de l'État.

Vos questions | nos réponses

Qui doit payer l’avocat en cas de procédure aux prud’hommes ?

Le juge peut condamner votre adversaire à payer les honoraires de votre avocat à votre place.